Positionnement et Gouvernance du GRESPI

Positionnement du GRESPI

Trois équipes rémoises de recherche du contrat quadriennal 2004-2007 : Groupe Mécanique Matériaux et Structures (GMMS, EA 2617), Unité de Thermique et Analyse Physique (UTAP, EA 3802) et Laboratoire d’Etude des Matériaux Polymères d’Emballage (LEMPE, EA 4109), se sont engagées dans une politique de rapprochement, laquelle s’est concrétisée par la présentation à l’automne 2006 d’un dossier de labellisation commun. Le Groupe de Recherche En Sciences Pour l’Ingénieur (GRESPI Reims, EA 4694), ainsi constitué depuis janvier 2008, fédère des équipes de mécaniciens, de thermiciens et de chercheurs en Génie des Matériaux et Génie des Procédés, sous l’intitulé des Sciences pour l’Ingénieur et autour des thématiques de l’axe MAPI (Matériaux Avancés et Procédés mécaniques Innovants) du CPER 2007-2013, puis de celles du pôle de compétitivité MATERALIA des régions Champagne-Ardenne et Lorraine (fusion au 19/12/2008 des pôles MIPI lorrain et P2MI champardennais).

Les quatre Domaines d’Action Stratégiques (DAS ou marchés-clés) du pôle MATERALIA sont : Automobile, Aéronautique, Energie, Médical. Ses cinq axes de développement (ou thèmes métiers supports) sont : Métallurgie, Nano-matériaux, Composites, Nouveaux procédés de mise en oeuvre, Développement durable. C’est de ce contexte favorable aux thématiques du groupe que doit s’inspirer sa stratégie d’évolution à moyen terme : se mettre en position de répondre encore plus efficacement aux sollicitations industrielles relevant de ses compétences, tout en maintenant une recherche amont permettant d’anticiper les futures thématiques porteuses dans le domaine de la Mécanique, de la Thermique, du Génie des Procédés et des Matériaux. Dans la structuration actuelle de la recherche à l’Université de REIMS Champagne Ardenne Université de REIMS Champagne Ardenne (URCA), le GRESPI relève du pôle Chimie et Sciences pour l’Ingénieur (responsable Michaël Molinari, LRN), en compagnie de l’ICMR et de la nouvelle EA LISM (ex LACM-DTI).

Les membres du GRESPI prennent collectivement une part décisive dans le fonctionnement du domaine Sciences et Technologies de l’URCA : quatre filières de formation d’ingénieurs (ESIEC, ITII-Mécanique, ITII-BTP, CNAM-Mécanique des structures et Matériaux), cinq départements de l’IUT (Génie Civil, Génie Mécanique et Productique, Mesures Physiques, Génie de l’Emballage et Conditionnement, Génie Industriel et Maintenance), et Département de Physique de l’UFR Sciences. Il s’agit ici des formations professionnalisées en Thermique et Energie : DESS Energétique dès 1981, puis IUP Transferts Thermiques à partir de 1997.

Cette expérience de formation de près de trente années s’est prolongée jusqu’à aujourd’hui dans les parcours professionnels et recherche que réunissait la spécialité de master Mécanique et Thermique. Elle vient enfin d’être couronnée par la labellisation par la Commission des Titres d’Ingénieur (CTI) d’une nouvelle filière de formation initiale d’ingénieurs (Ingénierie Thermique et Energétique), venant enrichir, tout en s’y intégrant harmonieusement, l’offre de l’ESIEC (Ecole Supérieure d’Ingénieurs en Emballage et Conditionnement).

En conséquence de cette forte implication pédagogique dans des parcours professionnalisés, le groupe accompagne sa politique scientifique par un engagement résolu dans la valorisation de la recherche et le transfert de technologie en direction des entreprises : encadrements de stage en entreprise et de projet en laboratoire des étudiants, encadrement de mémoire des ingénieurs CNAM au sein des laboratoires, nombreux contrats industriels et thèses CIFRE. Le groupe conserve, de par sa dimension et les origines variées de ses enseignants-chercheurs, un caractère pluridisciplinaire représenté par les sections CNU 28, 30, 32, 60 et 62, même si ces deux dernières sont naturellement fortement majoritaires. Leurs services d’enseignement s’effectuent pour l’essentiel dans trois composantes de l’URCA : UFR Sciences, IUT de Reims-Châlons-Charleville et ESIEC. Nous tenons à souligner que les équipes du Groupe sont fortement impliquées dans les tâches administratives de l’URCA. Plus particulièrement, Colette Padet est vice-présidente du Conseil d’Administration de l’URCA depuis 2007. Gérard Mary a été président de l’URCA de 2002 à 2007. Damien Erre est directeur de l’ESIEC depuis la rentrée 2009.

Le groupe GRESPI Reims est très attentif à son environnement socio-économique régional et résolument engagé dans le soutien scientifique et technologique et dans les projets d’ingénierie collaborative du pôle de compétitivité MATERALIA des régions Champagne-Ardenne et Lorraine, lui apportant ses compétences en Mécanique, Thermique, Génie des Matériaux et des Procédés. Christian Bissieux est membre depuis 2009 du Conseil de Surveillance de Materalia et du Comité thématique MAPI de l’agence régionale pour la recherche et l’innovation CARINNA. Lors du premier appel à projet de recherche collaborative par la Région Champagne-Ardenne à l’automne 2009, le GRESPI est partenaire académique de 3 projets retenus sur 17 (dont 10 dans l’axe MAPI de CARINNA) après soutien et labellisation par le pôle de compétitivité.

Le groupe GRESPI Reims bénéficie depuis 2008 des locaux et des équipements de la Halle de Technologie, plateau technique structurant de l’URCA, dont la gestion active et les activités de recherche dédiées sont assurées par les équipes GRESPI/Mécanique Appliquée et Numérique et GRESPI/Génie civil. Les équipes GRESPI/CATHERM et GRESPI/Thermomécanique sont pour leur part partenaires du projet de Centre de Recherche Interdisciplinaire en Nanosciences (CRIN) de l’URCA, piloté par le LMEN.

Restructuration du GRESPI

A partir des huit équipes d’origine, elles-mêmes constitutives des trois équipes d’accueil du contrat 2004-2007, le GRESPI s’est restructuré autour des 5 thématiques suivantes :

Ce travail de restructuration s’est déroulé dès janvier 2008, la restructuration devenant effective en juillet 2009, pour l’essentiel en conformité avec les recommandations de l’expertise de la MSTP, reçue après visa de l’AERES en décembre 2007.

En mai 2010, suite à la procédure d’évaluation interne de ses unités par l’URCA et forts de la reconduction pour 6 ans de la labellisation de l’ESIEC par la CTI, nous avons décidé de faire émerger une nouvelle thématique dédiée aux Matériaux, Procédés et Systèmes d’Emballage. Celle-ci associe des chercheurs issus des anciennes équipes du LEMPE et du GMMS et viendra remplacer dans l’organigramme les collègues physiciens et chimistes de la thématique Matériaux fonctionnels qui ont choisi de rejoindre l’EA LISM pour le quadriennal 2012-2015. La nouvelle thématique permettra également de repositionner l’équipe Mécanique appliquée et numérique, auparavant encore trop importante pour une gestion efficace et dynamique. Le groupe se recentre ainsi sur ses compétences historiques reconnues, sur les sections 60 et 62 du CNU, ainsi que sur son positionnement réaffirmé dans le domaine des Sciences pour l’Ingénieur.

Gouvernance du GRESPI

Le groupe s’est doté de statuts lors de l’Assemblée Générale du 26/03/2008, et d’un conseil constitué dès mars 2008, dans lequel chaque équipe est représentée par un PR et un MC, plus 2 représentants IATOS et 2 représentants des doctorants et ATER. Son rôle a été d’abord de structurer la nouvelle unité en application des recommandations de l’expertise de la MSTP et de définir la politique scientifique du groupe. Le directeur a organisé pour cela 12 réunions de gouvernance (2 directoires, puis 10 conseils) en deux ans et une douzaine de séminaires thématiques, permettant ainsi la participation de tous les membres au travail de restructuration du groupe. Cette restructuration s’est achevée à l’été 2009 et les cadres ont été renouvelés par élection dans toutes les équipes. Celles-ci correspondront aux thématiques de recherche affichées dans le dossier quadriennal 2012-2015 et la structure financière actuelle du groupe reprend cette structure en cinq équipes. Pour mettre en avant le critère de publiance, le partage des crédits du contrat quadriennal est effectué à partir du nombre de publiants dans chaque équipe, en adéquation avec la politique de l’URCA.

Le financement sur contrat doit naturellement être encouragé en SPI, tout en restant en accord avec la politique scientifique du laboratoire, ce qui nous a conduits à promouvoir d’abord une politique incitative au montage de projets. Nous avons donc choisi jusqu’ici de ne pas imposer de règle de mutualisation des crédits issus des différents contrats, les porteurs gardant ainsi la pleine responsabilité de gestion de leurs projets, scientifiquement comme matériellement. Cela permet de flécher les crédits récurrents vers des recherches plus académiques, pour lesquelles l’obtention de contrats est plus délicate. Par ailleurs, nous avons incité les équipes à pratiquer de leur plein gré des investissements communs.

Nous avons mené en parallèle une politique de mutualisation de moyens en matière d’équipements et de personnels : secrétariat, atelier de mécanique, moyens informatiques et bureautiques, photocopieurs, salles de réunion, le taux de mutualisation étant essentiellement fonction de la proximité géographique (donc plus facile entre les thématiques 1 et 2 d’une part, comme entre les thématiques 4 et 5 d’autre part). En outre, depuis la constitution du groupe en janvier 2008, un poste de technicien a été redéployé depuis les thématiques 1 et 2, historiquement mieux dotées, au bénéfice de la thématique Génie Civil, au titre de la gestion de la Halle de Technologie.

Guillaume POLIDORI directeur du GRESPI.

Plaquette du GRESPI

PDF - 493.5 ko
Plaquette GRESPI

Actualités

  • 42ème congrès de la Société de Biomécanique 2,3 et 4 novembre 2017 Reims, France.
    JPEG - 211.3 ko